Immeubles d’habitation

Papillon

La demande programmatique d'une forte densité, l’organisation en trois phases de construction, la valeur du paysage et le respect des constructions existantes ont poussé à proposer cinq bâtiments qui libérent un maximum d’espaces qualifies entre ceux-ci et les limites de la parcelle.

Cette parcelle en zone périurbaine de Genève est entouré d’un ensemble de tissus urbains hétérogènes et déconnectés. De grandes villas individuelles, des maisons mitoyennes, des bâtiments de logements et un cimetière bordent le terrain. Celui-ci est constitué d'une vaste étendue paysagère de qualité qui surplombe l'environnement immédiat et confère à la parcelle une position prédominante avec des grands dégagements. Délimite à l’ouest par un cordon boisé qui accompagne le cours d’eau de la Seymaz et par une légère pente au sud, cette parcelle est un lieu à haute valeur naturelle avec des belles vues sur le Salève.

Un grand parc vert
Le lieu est converti en grand parc vert dans lequel s'implantent les bâtiments de la manière la plus naturelle possible en favorisant des vues dégagés et de l’ensoleillement pour toutes les orientations de logements. Les tensions entre les bâtiments proposés, la relation avec leur entourage et la volonté de préserver le site ont généré des volumes à facettes qui permettent de larges percées visuelles et une réduction des vis-à-vis entre immeubles.
Les qualités naturelles du lieu ont inspiré la matérialité proposée dans le projet. Trois matériaux, présents dans l’architecture de la région, sont utilisés afin de trouver l’unité voulue entre la noblesse de ces matériaux et l’image contemporaine de l’ensemble. Le crépi à la chaux de couleur claire des façades et les encadrements des fenêtres en chêne sont liés par le système porteur en béton armée.

 

Deux noyaux de contreventement
L’intérieur retouve cette même essence de bois dans les menuiseries et parquets. Les murs et plafonds blanchis avec des produits naturels. Les grandes ouvertures et les couleurs naturelles donneront des espaces lumineux et ouverts sur la nature environnante. La structure de chaque bâtiment est composée de deux noyaux de contreventement liés aux façades porteuses par des dalles en béton. Ceci permet d’avoir des plans libres de murs porteurs et de loger la diversité des typologies proposés